Politique Composante 4 du Projet Environnement Urbain III de Lomé :

Des sites sportifs seront érigés dans les communes Golfe 1 et Agoè-Nyvé 4

Publié le vendredi 2 octobre 2020, par Kpelafia Biva

Le Projet Environnement Urbain de Lomé (PEUL) qui a pour objectif une participation à l’amélioration des conditions de vie des habitants de Lomé, est rentrée dans sa 3ème phase d’exécution. Il intègre une composante 4, relative au besoin des communes en matière de sport et de développement. Le District Autonome du grand Lomé a initié hier jeudi 1er octobre une réunion d’information et d’échanges avec les acteurs dudit projet.

Les maires des communes du Golfe 1 et d’Agoè-Nyvé 4, les représentants d’associations et fédérations sportives, ont discuté avec les partenaires du projet sur les sujets liés à la construction d’équipements (sites sportives) et l’organisation d’évènements sportifs, ainsi que le développement d’une politique publique locale du sport. Dans le cadre de ce projet, les actions en faveur de la pratique sportive seront financées. Il y aura le renforcement des compétences sociales sur l’engagement citoyen, le respect d’environnement urbain, du genre etc. Le district Autonome du grand Lomé assure la maitrise d’ouvrage et technique et la construction des équipements.

Mme Naik Lashermes, responsable de projet urbain et habitat au GRET (Groupe de Recherche et d’Echanges Technologiques), cheffe de mission dans le cadre du projet, parle d’une démarche participative, où il sera question d’impliquer les acteurs du développement urbain local, les acteurs sportifs et les usagers des futurs sites, dès la conception des équipements sportifs. Elle estime que la prise de contact d’hier avec le les maires des communes du Golfe 1 et Agoè-Nyvé 4, les responsables d’associations et de fédérations sportives est le début d’une série de rencontres qui permettront de donner forme au projet.

Le Secrétaire Général du District Autonome du grand Lomé, M. Tagba Tchalim pense que cette séance de travail va permettre aux acteurs d’avoir une idée sur les contours du projet, son bien-fondé et de s’impliquer in fine dans sa démarche participative.
En guise de rappel, le Projet Environnement Urbain de Lomé est initié et financé par l’Agence Française de Développement (AFD).
M F