Politique Togo/Éducation à la base dans la commune du Golfe 5

Le Maire Aboka veut restaurer le respect des emblèmes de la nation

Publié le mercredi 13 janvier 2021, par Kpelafia Biva

Un relâchement inexplicable s’est introduit depuis quelques années déjà dans le comportement des citoyens togolais vis-à-vis du civisme et du respect des emblèmes de la nation. Les citoyens ne s’arrêtent plus quand on chante l’hymne national (La terre de nos aïeux) ou quand on monte le drapeau togolais.

Il s’agit d’un comportement incivique qui selon le maire de la commune du Golfe 5 M. Agbényega Kossi Aboka, a des conséquences sur la vie de la nation. Très préoccupé par ce fait, l’autorité municipale veut renouer avec les valeurs civiques et la restauration du respect des emblèmes de la nation dans sa commune du Golfe 5, en commençant par la base.

Ainsi, il s’est rendu le mardi 12 janvier dernier, très tôt dans la matinée à l’école primaire publique d’Amadahomé avec la commission du civisme de la commune du golfe 5, pour assister en personne à la montée des couleurs, histoire de profiter de l’occasion pour inculquer les notions du civisme aux élèves à la base et leur rappeler le respect des mesures barrières pour prévenir et se protéger contre le coronavirus.
« Le but de notre visite est d’abord de s’assurer que les mesures barrières sont respectées par les enseignants et les élèves et aussi de voir s’il y a effectivement le respect des emblèmes de la nation. Nous avons constaté un relâchement aujourd’hui de la part des citoyens dans le respect de ces emblèmes jadis observé avec fierté. Ce relâchement a des conséquences sur la vie de la nation, c’est pourquoi nous avons voulu en faire un rappel », a laissé entendre le Maire Aboka.

« Nous avons montré aux enfants le comportement à adopter quand il y a la montée du drapeau. Nos parents sont morts pour ça et nous devons préserver ces acquis. C’est ce que nous sommes venus corriger », a-t-il ajouté.

La délégation a profité de l’occasion pour offrir des cache-nez aux élèves de l’EPP d’Amadahomé. Elle s’est rendue ensuite au jardin d’enfants public d’Adidogomé pour doter l’école d’un dispositif de lavage de main et de thermo-Flash.

Mathurin AZIAKPOR