Politique Togo/Déroulement du couvre feu de fin d’année

Mention honorable de la CNDH au gouvernement et à la FOSAP

Publié le jeudi 7 janvier 2021, par Kpelafia Biva

En vue de limiter les risques de propagation de la pandémie du coronavirus pendant la période des fêtes de fin d’année au Togo, le gouvernement après avis du Conseil scientifique, avait pris le 18 décembre 2020, un certain nombre de mesures restrictives pour pallier au pire.

Au rang de ces mesures restrictives on peut noter l’interdiction de rassemblement de plus de quinze (15) personnes, l’interdiction de consommation sur place dans les bars, l’interdiction des évènements culturels et commerciaux (spectacles, campagnes publicitaires, etc.) et des célébrations (mariage, baptême, etc.), le tout couronné par un couvre feu dans le Grand-Lomé.

Si au départ la décision a valu de vives critiques au gouvernement, la population a par la suite compris le bien fondé de la chose et s’est volontairement pliée à ces décisions, qui ont été respectées dans la mesures du possible sur toute l’étendue du territoire national. Et ceci avec le concours de la Force Spéciale Mixte Anti-pandémie covid-19 (FOSAP).

A cet effet, la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) dit se réjouir du respect des droits de l’homme qui a régné pendant cette période du couvre-feu sur l’ensemble du territoire national.

« Elle remercie le gouvernement pour son initiative et pour ses efforts visant à garantir à toute la population le droit à la santé en cette période de crise sanitaire », a indiqué la présidente de l’institution madame Nakpa Polo dans un communiqué.

Par ailleurs, la CNDH félicite les agents de la FOSAP pour le professionnalisme avec lequel ils ont accompli leur mission sur le terrain et les exhorte à maintenir le cap de ce professionnalisme pendant le reste de la période d’état d’urgence sanitaire.

« Tout en remerciant la population pour le sens du civisme observé, la CNDH rappelle à tous que le respect scrupuleux des mesures barrières et des autres mesures de riposte constitue le seul gage de protection du droit à la santé de chacun et de tous », a conclut madame Nakpa.

Mathurin AZIAKPOR