Sports Actualités Infos Togo / CAN 2013 et accaparement des rôles à la FTF

Tino Adjété se dissocie de la gestion d’Améyi et appelle à un changement de politique

Publié le lundi 3 décembre 2012, par

A l’approche de la participation des Eperviers du Togo à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2013 en Afrique du Sud, les acteurs du sport roi togolais, ne voulant plus exposer leur « togolaiserie » à la face du monde, commencent par laver leurs linges sales sur la Terre de nos Aïeux. Il y a quelques jours, c’était le capitaine des Eperviers du Togo, Emmanuel Adébayor Shéyi qui a pris sa distance vis-à-vis des siens. Ensuite, c’est Kossi Agassa et Alaixys Romao qui sont annoncés comme en voie de le suivre. Puis, c’est le tour de leur sélectionneur, Didier Six qui donne un délai de « 48 ou 72 » aux autorités compétentes de trouver une solution à ces vagues de retrait, sinon il va rendre son tablier. Comme un coup de tonnerre, c’est le 1er vice-président de la Fédération togolaise de football (FTF), Tino Adjété (Photo)qui vient d’adresser une lettre au président de la FTF, Gabriel Améyi, pour attirer son attention sur les problèmes qui pourraient porter un coup sérieux à la prestation des Eperviers à la CAN.Par la même lettre, le 1er vice-président qui se dissocier de la gestion de la FTF par Améyi Gabriel, propose au président des clés de la réussite pour la CAN.

Intégralité de la chaude lettre envoyée par le 2e Vice-président Tino Adjété au président Gabriel Ameyi. Lecture !
3 décembre 2012
Monsieur Gabriel AMEYI
Président
Fédération Togolaise de Football
Lomé (Togo)
Objet : Réussir la prochaine Coupe d’Afrique des Nations - la CAN Orange 2013.
Monsieur le Président,
L’année sportive 2013 va s’ouvrir sur la participation de notre équipe nationale, Les Éperviers, à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). L’importance d’une telle compétition n’est plus à démontrer, lorsque l’on sait la place de choix que toute la population togolaise accorde au football, aux prestations de notre équipe nationale ainsi qu’à l’image qu’un tel évènement donne du Togo au plan international.
Mais déjà, les échos de la préparation de l’équipe nationale, tels qu’ils parviennent à la population, semblent éveiller davantage les craintes des uns et des autres de revoir Les Éperviers s’offrir de nouveau, en spectacles et en péripéties de tout genre, bien loin des terrains de football à Rustenburg, en Afrique du Sud.
Et, lorsque la voix du capitaine de l’équipe nationale, Emmanuel Sheyi Adebayor, se fait le reflet d’une telle appréhension généralisée, force est de reconnaitre que plus personne n’est disposée à revivre les coûteuses tragédies de l’improvisation et les interminables drames de l’impréparation qui, malheureusement, sont devenus la marque caractéristique de la présence du Togo aux rendez-vous internationaux du football.
Monsieur le Président, vous conviendrez avec moi qu’il est désormais impérieux de rompre avec cette triste réputation et inscrire la participation de notre équipe nationale dans une dynamique vertueuse et honorable qui, en dehors des communiqués de presse, mobiliserait tous les enthousiasmes, particulièrement l’énergie, la détermination et l’engagement des joueurs appelés à défendre valeureusement les couleurs nationales.
Il y a bien longtemps que seul, vous vous êtes accaparé l’essentiel des rôles dévolus aux membres élus du Bureau exécutif de la Fédération Togolaise de Football (FTF). En ma qualité de vice-président, il ne s’agit plus de vous en dissuader maintenant. Mais, tant qu’à me dissocier de cette pratique abusive et intempestive devenue épidémique dès l’occupation du poste de président de la FTF, sur la base de mon expérience, je me sens la responsabilité de vous suggérer de faire les choses autrement que par le passé, et mieux pour cette fois-ci :
Choisissez de bien faire pour cette CAN ; faites résonner la cloche différemment ; rassembler tous les joueurs pour les motiver à une performance unique ; éloignez-vous de la zizanie et de la manipulation des uns et des autres ; semez l’enthousiasme dans l’ensemble de la famille sportive togolaise ; réalisez l’union sacrée autour des journalistes sportifs et des sympathisants ; faites mentir tous ceux qui ne se fient plus à la cloche de la FTF sachant qui la sonne solitairement ; surprenez agréablement tous les regards qui sont portés sur le Togo à travers chacun de vos actes ; agissez et ne laissez pas pourrir cette situation délétère. Rien que le choix du bien commun pour les prochains jours. Rien que ça !
Je partage ainsi avec vous ma conviction –à de nombreuses fois réitérées, que notre sport national, le football togolais, mérite largement d’être géré avec professionnalisme et beaucoup plus de rigueur, pour recouvrer enfin ses lettres de noblesse longtemps bafouées.
Je reste persuadé que vous ressentez toujours le même désir de servir le football togolais ; ce désir qui nous avait amené à faire équipe ensemble ; ce désir qui attend toujours d’être concrétisé, loin des polémiques actuelles.
Je vous y encourage fortement.
Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de ma considération distinguée.
Tino ADJÉTÉ
2e Vice-président
Président des commissions Éthique et Marketing
Fédération Togolaise de Football